Assurance PNO : que faire en cas de dégradation du bien par le locataire ?

Assurance PNO

Dégât des eaux, catastrophes naturelles, incendie, sinistre, voilà autant de situations potentielles pouvant devenir un véritable cauchemar pour un propriétaire. À partir du moment où vous effectuez de la location immobilière pour un bien dont vous êtes propriétaire, la souscription d’un contrat propriétaire non occupant ou contrat PNO est une excellente façon de préserver votre patrimoine immobilier. Définition d’un contrat PNO

Les assurances sont particulièrement pratiques lorsque vous êtes un propriétaire souhaitant réaliser un investissement immobilier. De votre côté, vous êtes le propriétaire d’un appartement ou d’une maison qui sera alors destiné à la location. Pour ce faire, vous vous orientez naturellement vers un contrat de bail. De ce fait, le contrat PNO peut être vu comme une forme de contrat multirisque habitation. C’est un dispositif particulièrement précieux si vous souhaitez protéger comme il se doit votre patrimoine immobilier. Ainsi, lorsque l’occupant dégrade votre bien, le contrat PNO entre en action. Mais il est important de le distinguer du contrat propriétaire occupant, c’est-à-dire de ne pas le confondre avec le contrat habitation, appartenant aux propriétaires. Un contrat PNO concerne n’importe quel propriétaire disposant d’un bien immobilier qu’il n’occupe pas. D’ailleurs si vous souhaitez en savoir plus sur le sujet, rendez-vous sur le site lolivier.fr afin d’obtenir un complément d’information.

Comment vous rapprochez de votre assureur ?

À partir du moment où les dégâts occasionnés ne sont malheureusement pas couverts par le dépôt de garantie et si jamais votre locataire fait preuve de mauvaise foi en refusant de reconnaître les dégradations, vous devez effectuer la déclaration d’un sinistre. Pour cela, vous devez vous mettre en relation avec votre assureur et faire jouer les garanties de votre contrat PNO. De ce fait, plusieurs étapes sont nécessaires, en commençant par constater les dommages imputables sous la forme d’un état des lieux obligatoires. Suite à cela, vous allez pouvoir établir un devis en bonne et due forme auprès d’un professionnel qui estimera le montant total du sinistre. Dans un délai de 10 jours, vous adressez un courrier officiel à votre locataire avec accusé de réception. Il s’agit d’une demande lui expliquant de se soumettre au paiement des travaux. Si malheureusement votre locataire ne donne pas suite à votre courrier, vous devez attendre un délai de 30 jours une fois la récupération du logement afin de déclarer le sinistre en utilisant votre contrat PNO. Concernant le montant des frais de remise en état, ils seront variables en fonction des dommages qui ont pu être constatés. Par exemple, l’entretien ou la réparation d’un équipement peut être pris intégralement en charge par votre assureur. Mais ce n’est pas forcément le cas lorsqu’il s’agit de remplacer du papier peint ou de la moquette. En effet, il faudra impérativement tenir compte de la vétusté. Alors pour vous éviter certaines situations fâcheuses, au moment de la signature de votre contrat PNO, il convient de demander certains éclaircissements. De cette façon, vous protégez votre investissement immobilier en posant immédiatement les bonnes questions.

Quelles sont les dégradations concernées par le contrat PNO ?

En souscrivant à un contrat PNO, vous allez pouvoir l’utiliser lorsque le locataire a effectué des dégradations directement sur l’immeuble. Cela peut concerner les sols, les murs et les plafonds des parties privatives. Mais d’autres éléments sont également à prendre en considération comme la dégradation des éléments sanitaires ou le vol. Cela peut concerner le chauffage privatif, mais également les radiateurs, le cumulus, l’évier ou encore le lavabo. Enfin, les dommages occasionnés à l’occasion du dégel, car ce cas de figure ne sera pas pris en charge par le contrat habitation du locataire.

L’importance de souscrire un contrat PNO

Il faut savoir que la souscription d’un contrat PNO n’est absolument pas obligatoire. Cependant, elle s’avère particulièrement bénéfique à partir du moment où vous êtes un propriétaire souhaitant réaliser un investissement immobilier. De votre côté, vous disposez d’une certaine liberté concernant l’assureur. Vous choisissez librement votre contrat auprès de la compagnie d’assurances qui vous convient le mieux, mais soyez particulièrement attentif par rapport aux différents sinistres concernés. Voilà pourquoi un contrat PNO reste largement recommandé, car en cas de sinistre sur un logement vacant, vous apprécierez sa souscription. C’est une protection de votre patrimoine immobilier et une façon certaine de sécuriser votre investissement. Dans ce contexte, n’hésitez pas à comparer les différentes offres existantes en vous intéressant à la tarification, au niveau de garantie ainsi qu’aux exclusions. Ainsi, lorsqu’une dégradation volontaire ou involontaire se produit sur votre bien en location, vous avez des arguments à faire valoir pour éviter de perdre de l’argent.

Comment faire jouer la concurrence pour son assurance ?
Tout savoir sur la convention IRSA : l’accord entre les assurances automobiles