La prévoyance des commerçants

La prévoyance des commerçants

 

Le niveau de protection des commerçants est particulièrement faible.

En cas d’arrêt de travail, le revenu de remplacement est égal à la moitié du revenu professionnel moyen des trois dernières années, dans la limite du plafond annuel de la Sécurité sociale. Ce revenu est compris entre un minimum de 20.57€/jour et un maximum de 51.44€/jour (2014).

En cas d’invalidité totale et définitive à toute activité professionnelle, le commerçant toucherait un revenu égal à 50% de son revenu annuel moyen (dans la limite du plafond de la Sécurité sociale) avec un minimum forfaitaire mensuel de 633.98€.

En cas de décès, et sans assurance personnelle, la situation de la famille devient financièrement très compliquée. En effet, le RSI ne  verse qu’un capital de 7509.60€.

Exemple : Un commerçant décède. Sa famille doit faire face à ses charges professionnelles le temps de revendre l’affaire : factures fournisseurs, loyer, téléphone, eau, électricité, …en plus des charges sociales et impôts.

Le conseil :

  • Les commerçants doivent mettre en place des indemnités journalières pour compenser celles du régime obligatoire en prenant soin d’ajuster les franchises selon leurs besoins et leur situation financière. Ces indemnités doivent permettre d’assurer le quotidien et d’assurer les frais professionnels dont la plupart reste à supporter pendant l’arrêt de travail ( loyers, charges diverses, cotisations…).
  • Une rente invalidité jusqu’à 60, 65 ans, ou viagère selon leur situation.
  • Une rente conjoint pour assurer la sécurité financière du survivant et la régularité des revenus.
  • Une rente éducation qui progresse avec l’âge des enfants pour couvrir les frais d’étude.
  • Un capital décès pour permettre à la famille de faire face financièrement très rapidement (frais, droits de succession…).

N’attendez plus, prenez le temps de construire une protection à la mesure de vos besoins.