Protéger mon activité

Souscrire une prévoyance… Pourquoi faire ?

En cas de maladie grave ou d’accident lui interdisant d’exercer de façon temporaire ou définitive son activité, un travailleur indépendant ne peut compter que sur son épargne et les régimes obligatoires comme source de revenus.

L’épargne n’étant pas utilisable à l’infini et les régimes obligatoires n’offrant que des garanties minimales (indemnités journalières limitées, capital décès très faible, longues périodes de franchise…), le chef d’entreprise se trouve rapidement dans une situation dangereuse.

En effet, il doit faire face à deux types de dépenses :

  • Les charges de son entreprise ( loyers, paiement des éventuels salariés, cotisations…).
  • Ses dépenses courantes et celles de sa famille.

Exemples :

  • Un kinésithérapeute ou un infirmier libéral, un podologue victime d’un arrêt prolongé de travail ne touchera une indemnité qu’à partir 90 jours, limitée à 48.95€ (professionnel célibataire, sans enfant). De plus celle-ci prendra fin au bout de 395 jours.
  • Une consultante indépendante, architecte, ne touchera aucun revenu en cas d’arrêt de travail et devra puiser dans son épargne en attendant sa reprise d’activité.
  • En cas de disparition d’un artisan ou d’un commerçant, son conjoint survivant ne touchera que 7723€ (2015) de capital décès, une somme insuffisante pour régler les charges de l’entreprise et assurer sur le long terme l’avenir de la famille.

Professions libérales, artisans, commerçants, Il est indispensable de mettre en place dès le début de votre activité une prévoyance adaptée à votre situation et à vos besoins pour vous assurer des revenus complémentaires en cas :

  • D’arrêt temporaire ou définitif de votre activité professionnelle.
  • D’invalidité partielle ou totale.
  • De cas de disparition par le versement d’un capital, d’une rente pour le conjoint et/ou d’éducation pour les enfants.

Pour bien choisir sa prévoyance, il convient de déterminer avec son assureur les carences les plus fortes de son régime général, puis choisir les couvertures dont vous avez besoin en fonction de votre situation personnelle, professionnelle et patrimoniale. Enfin, un suivi régulier est indispensable pour faire évoluer vos garanties à la hausse ou à la baisse en fonction de vos besoins.

Le savez-vous ?

L’essentiel des prestations est déductible de votre bénéfice imposable, sauf les prestations versées en capital. Cette déduction se monte chaque année à 3.75% du bénéfice imposable majoré de 7% du Pass (plafond annuel de la Sécurité Sociale, 38040€ en 2015).